RadioForum
RadioForum n'est pas une clique ni un groupe fermé. N'hésitez-pas à donner votre opinion et ainsi contribuer à enrichir les discussions !
Derniers sujets
Sondage
Pourquoi écoutez-vous le 985fm ?
C'est la seule station que je capte
20% / 2
Je suis un peu maso sur les bords
40% / 4
Première Chaîne est trop intello pour moi
20% / 2
Je suis accro à la pub
20% / 2

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Diane
Hall Of Famer
Hall Of Famer
Féminin
Nombre de messages : 2738
Date de naissance : 24/05/1950
Localisation : dans ma magnifique île
Humeur : deviner

Les fraises moins chères la semaine

le Dim 29 Juin 2008, 21:50
Catherine Handfield

La Presse
Le dimanche 29 juin 2008

Vous prévoyez faire vos confitures ce week-end? Si vous souhaitez économiser, mieux vaut revoir votre horaire. Les petits fruits sont souvent moins chers la semaine dans les marchés publics, a constaté La Presse.

«En général, les grosses quantités se vendent de 15% à 25% moins cher en semaine», admet Jacques L'Écuyer, producteur de Saint-Joseph-du-Lac, au nord de Montréal.

Le marchand, rencontré vendredi au marché Jean-Talon, vendait le cageot de 12 «cassots» 15$. «Du lundi au jeudi, on le vend souvent 12$ ou 13$», dit-il.

Quelques stands plus loin, Liette Lauzon propose des prix semblables. «Je suis assez sincère pour le dire: ma boîte de fraises est environ 2$ de moins la semaine, affirme la propriétaire des serres J.C. Lauzon. Et quand ce sera le temps des framboises et des bleuets, ce sera la même chose.»

Les producteurs cherchent-ils à profiter des clients de week-end? Pas du tout, répond Liette Lauzon.

«Contrairement aux légumes, il est impossible de planifier le moment où on cueille les petits fruits. Il y a moins de clients la semaine, mais autant de fraises à écouler. Il faut donc les vendre moins cher.»

Selon Jacques L'Écuyer, les marchands de gros proposent aussi de meilleurs prix la semaine. «Au Marché central, c'est au moins 25% moins cher du lundi au jeudi, parce qu'il y a moins d'acheteurs», dit-il. M. L'Écuyer souligne que les vendeurs de fruits qui arpentent les routes le week-end contribuent à faire grimper les prix du gros.

Diane Trottier, propriétaire d'une ferme à Oka, estime que le nombre de cueilleurs peut aussi faire varier les prix. «Il y a plus de cueilleurs la semaine, donc plus de fraises sur nos étalages», indique-t-elle.

Avis aux petits appétits: les prix des simples barquettes ne varient pas entre la semaine et le week-end, selon les producteurs interrogés.



D'autres économies



Les consommateurs peuvent aussi économiser la semaine sur les légumes et les autres fruits. «Si le client consomme rapidement, oui, il peut faire des économies», croit Martine Boyer, de la ferme Boyer, à Saint-Rémi.

Les producteurs maraîchers prévoient plus de marchandise le week-end, explique-t-elle. Les aliments périssables non vendus sont parfois offerts au rabais en début de semaine. «Par exemple, la laitue qui se vend 1,50$ le week-end pourra être 1,25$ le lundi, dit-elle. Elle sera toutefois moins fraîche.»

Dernier petit truc: les prix varient également en fonction du climat. «Quand il pleut, on récolte moins, et c'est sûr que les prix sont plus élevés», indique Luc Trottier, de la ferme Trottier Frères.

_________________
«Le monde est dangereux à vivre! - Non pas tant à cause de ceux qui fontle mal,
mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire.» -
Albert Einstein
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum